Formation

Devenir toiletteur canin : tout ce qu’il faut savoir

Le 26 février 2022 - 6 minutes de lecture
Devenir toiletteur canin : tout ce qu’il faut savoir

Les chiens occupent une place de choix dans le cœur des Français. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle de nombreux propriétaires accordent à l’apparence et l’hygiène de leurs canins, une attention particulière. Pour ceux qui ont un sens de l’esthétisme poussé et qui rêvent de faire un métier en contact régulier avec des animaux, notamment les chiens, le métier de toiletteur sera parfait. Découvrez ici l’essentiel à savoir pour se lancer dans cette profession.

Zoom sur le métier d’un toiletteur pour chiens

Un toiletteur pour chiens est un professionnel de la beauté canine. Il s’occupe du toilettage des animaux de compagnie, particulièrement du chien. L’exercice de cette profession exige de diverses connaissances théoriques en gestion, en relation commerciale, en comptabilité, mais surtout en biologie animale. Ces connaissances se combinent à ses capacités techniques et esthétiques pour lui permettre de gérer son activité professionnelle au mieux.

Dans le cadre de l’hygiène courante ou de la participation de l’animal à un concours de beauté, le travail d’un toiletteur se résume dans la plupart des cas à : tondre, épiler, brosser, donner un bain. Pour préparer un chien à un concours de beauté par exemple, le toiletteur se charge de mettre en valeur ces qualités morphologiques tout en masquant ses défauts. Afin de nettoyer et d’embellir le chien, le toiletteur utilise de nombreux instruments et produits qu’il se doit d’entretenir très soigneusement. Le toiletteur canin propose aussi à sa clientèle divers articles pour chiens comme des produits cosmétiques, des accessoires (laisses, colliers…), des aliments (croquettes…).

Pour ce qui est du revenu, le toiletteur gagne en début de carrière, un salaire égal au SMIC. Il peut toucher entre 1500 et 1700 € brut par mois s’il travaille en indépendant. Notons toutefois, que ce montant peut varier selon la complexité des missions demandées.

De façon générale, ce professionnel exerce ses compétences dans un salon de toilettage situé en ville ou dans une clinique vétérinaire. L’évolution du service de toilettage dans les chaînes de magasins d’animalerie ces dernières années lui permet aussi d’y faire son métier.

Précisons que le toiletteur ne possède pas les compétences d’un vétérinaire, mais peut travailler en collaboration avec lui si la situation l’exige.

Toiletteur pour animaux : le profil à avoir 

Pour exercer le métier de toiletteur, il est nécessaire de répondre à un profil particulier. Ainsi, il faut être quelqu’un de patient et de bienveillant avec les animaux. C’est un point très important aussi bien pour être vétérinaire ou toiletteur. Il est également essentiel d’avoir des compétences en marketing pour accueillir la clientèle mais aussi la fidéliser, et surtout pour pouvoir vendre ses services, produits et accessoires. Outre ses aspects, il y a aussi la créativité qui s’ajoute au profil nécessaire à avoir pour être un bon toiletteur. Un toiletteur propose des coupes à la fois originales et à la mode, qui satisferont les maîtres de ces animaux d’où l’importance de la créativité. En tant que véritable coiffeur pour animaux, le toiletteur canin se doit de maîtriser les gestes techniques de toilettage de même que les particularités de chaque race, afin d’éviter  de les blesser et ce, même quand ils sont agités.

Devenir toiletteur canin : le parcours de formation

Pour devenir toiletteur, vous avez le choix entre deux parcours. Le premier consiste à obtenir le Brevet National de Toiletteur Canin (BNTC). Il s’agit d’un certificat de niveau 5 homologué par l’État. La formation à suivre pour son obtention s’adresse aux jeunes dans la tranche d’âge 16-25 ans qui ont le niveau 3e. Elle s’étend sur une durée de 2 ans et peut être suivie en alternance à travers un contrat de qualification ou l’apprentissage. En France, les centres habilités à délivrer le BNTC sont au nombre de 8 et suivent les normes de l’Union Nationale des Centres de Formation en Toilettage. Le deuxième parcours consiste quant à lui, à obtenir le CTM (certificat de Toiletteur canin et félin). Ce certificat est délivré à l’issue d’un examen, après une expérience professionnelle ou une formation. Il est géré par l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l’Artisanat (APCMA). En dehors de ces deux parcours, il est possible d’obtenir les compétences de toiletteur professionnel en suivant des formations à distance. Un suivi personnalisé est proposé, ce qui permet de se former à son rythme

Liste des compétences à posséder en fin de formation

À la fin de la formation, un toiletteur bien formé doit posséder un certain savoir-faire ainsi que des compétences de base essentielles. Parmi ces derniers, nous avons :

  • L’anatomie et les pathologies animales
  • Les techniques de manipulation et d’approche des animaux
  • Les procédures d’accueil des animaux
  • Les procédures de prévention des risques sanitaires
  • Les procédures de désinfection et de nettoyage
  • Les techniques et procédés de stérilisation
  • L’utilisation du matériel de nettoyage
  • L’usage de matériel de toilettes pour animaux
  • La manipulation de matériel de contention animale

Le savoir-faire indispensable d’un bon toiletteur comprend la capacité à :

  • Identifier précisément les besoins de l’animal et la demande du propriétaire
  • Planifier l’intervention à faire
  • Sélectionner le matériel ainsi que les produits à utiliser
  • Préparer l’animal au toilettage par désinfection ou douche
  • Procéder aux soins du toilettage des animaux
  • Prodiguer au client des articles qui sont destinés aux animaux
  • Décontaminer et désinfecter un équipement
  • Entretenir un poste de travail et à détruire des déchets

Enfin, il doit être en mesure d’orienter si nécessaire le propriétaire vers un éducateur canin ou un vétérinaire.

Une clientèle limitée en France

On compte en France, 63 millions d’animaux de compagnie avec un foyer sur deux qui en possède. D’après l’Office National d’information sur les Enseignements et les Professions, les 4 500 professionnels qui sont en activité sont suffisants pour couvrir la demande.

Par ailleurs, le budget nécessaire pour lancer son salon de toilettage est plutôt conséquent. En effet, il faut prendre en compte l’achat d’une table de toilettage, de baignoires, du matériel de toilettage, de séchoirs et plus important le montant d’achat ou de location d’un local.

Afin de compléter leur revenu faute d’une clientèle régulière et large, la plupart des toiletteurs font en complément de leur activité, du dressage et de l’élevage.