Assurance

Epargnez grâce aux banques et assurances

Le 29 juillet 2022 - 7 minutes de lecture

Il existe plusieurs solutions pour constituer une épargne, comme la possibilité de recourir aux banques et assurances. Celles-ci proposent divers produits financiers pour accompagner les personnes désireuses de se constituer une épargne. Voici quelques solutions d’épargne envisageables pour un particulier qui cible les banques et les assurances.

Souscrire une assurance vie comme épargne

L’assurance vie est un moyen de générer une épargne par le biais des assurances.

Qu’est-ce qu’un contrat d’assurance vie ?

L’assurance vie est l’une des solutions d’épargne préférées des Français. Elle permet de financer un projet ou de se constituer à une épargne à moyen ou long terme. Il s’agit d’un contrat par lequel la compagnie d’assurance, contre versement de primes par l’assuré, s’engage à verser à ce dernier ou à ses bénéficiaires une rente ou un capital.

En pratique, un contrat d’assurance vie est ouvert par le versement d’une somme initiale. Le bénéficiaire a ensuite la possibilité d’effectuer des versements réguliers du montant de son choix. L’assuré ou ses bénéficiaires peuvent ainsi récupérer les sommes investies, optimisées des gains éventuels, une fois le contrat arrivé à terme. L’assuré peut clôturer le contrat ou faire des retraits à tout moment.

Quels sont les différents types de contrats ?

Comme le souligne l’assureur responsable Maif sur son site, pour souscrire un contrat d’assurance vie, il est possible de recourir à un assureur militant pour les particuliers et les professionnels. L’épargnant aura le choix entre deux types de contrats : les contrats monosupports en euros et les contrats multisupports. Dans le premier cas, les versements effectués par l’assuré sont versés dans les produits financiers exempts de risques. Ils sont revalorisés chaque année, le capital garanti à tout moment et les intérêts définitivement acquis.

Dans le cas des contrats multisupports, les sommes versées sont redirigées vers des produits sans risque et les produits boursiers. Elles sont également investies sur les marchés financiers en unités de compte. L’assureur garantit uniquement le nombre des unités de compte, mais pas leur valeur. Un tel placement peut s’avérer très rémunérateur, mais reste toutefois risqué.

assurance vie épargne

Quelle fiscalité régit les contrats d’assurance vie ?

L’assurance vie bénéficie d’une fiscalité plutôt intéressante. Le prélèvement forfaitaire unique (PFU) s’applique par exemple à tous les intérêts générés par les versements réalisés depuis le 27 septembre 2017. Il intervient lors du retrait total ou partiel des sommes disponibles, à taux variable, selon le moment où le retrait est effectué. Le taux du PFU est de :

  • 7,5 % pour un retrait intervenant 8 ans après l’ouverture du contrat, pour les versements de moins de 150000 euros,
  • 12,5 % pour un retrait réalisé moins de 8 ans après l’ouverture du compte, peu importe la somme disponible.

Au PFU s’ajoutent les prélèvements sociaux de 17,2 %. Pour la fiscalité des versements effectués avant le 27 septembre 2017, c’est le régime d’imposition initialement utilisé avant le PFU qui s’applique : le barème progressif ou prélèvement forfaitaire libératoire.

Pourquoi privilégier l’assurance vie ?

L’assurance vie est la solution idéale pour se constituer une épargne durable. Elle s’inscrit dans la durée et les sommes déposées peuvent être retirées à tout moment, majorées des intérêts, sauf investissement en unités de compte. C’est également un instrument de transmission patrimoniale efficace à la faveur d’une fiscalité intéressante pour les héritiers.

Elle est génératrice de revenus à la faveur des retraits ou de la mutation en rente viagère et son contrat s’adapte au profil de l’assuré. Enfin, l’assurance vie donne la possibilité de reconduire la rente viagère au bénéfice du conjoint suite au décès de l’assuré.

Ouvrir un livret A en banque

Pour épargner par les banques, le livret A est un outil recommandé. Il est la seconde solution d’épargne plébiscitée par les Français. Le livret A permet à son bénéficiaire de se constituer une épargne de précaution, et ainsi faire face aux imprévus et réaliser certains achats de plaisir. Sur un livret A, il est possible d’effectuer des versements libres dans la limite de 22950 euros.

Généralement associé à la disposition d’un compte courant, le capital de l’épargnant est disponible et garanti à tout moment. Le taux de rémunération du livret A était auparavant fixé à 0,5 %, avant de passer à 1 % par an entre février et juillet 2022. Compte tenu de la forte inflation, à compter du 1er août 2022, ce taux va passer à 2 % par an. De plus, avec le livret A, les intérêts ne sont pas soumis à la capitalisation. Ils sont entièrement défiscalisés, c’est-à-dire nets d’impôts et de prélèvements sociaux.

Prendre un Plan Épargne Retraite

Le Plan Épargne Retraite (PER) est un moyen plutôt particulier de mettre en place une épargne durable. Inspiré par la loi PACTE, le PER individuel est un produit financier permettant à l’épargnant de mettre de l’argent de côté à son rythme et de construire une épargne qui lui sera restaurée au moment de son départ à la retraite, en capital ou en rente.

S’il s’agit d’un placement à long terme, le PER individuel possède des caractéristiques propres. Contrairement à l’assurance vie, le PER ne permet pas une sortie anticipée (sauf exception prévue par la loi) au moment où l’épargne se constitue. Il admet également les versements volontaires et ceux issus du transfert d’anciens produits d’épargne individuelle (contrat Madelin ou Perp).

La fiscalité associée au PER individuel dépend de la déduction ou non des versements volontaires et du choix de sortie. En sortie de capital, si le bénéficiaire possède l’avantage fiscal sur versement, il sera soumis à l’impôt sur le revenu. Les versements volontaires sont alors imposés au barème progressif, les plus-values au PFU. En l’absence d’avantage fiscal sur versement, le capital est exonéré d’impôts. Les plus-values sont néanmoins soumises au PFU.

En sortie de rente, celle-ci est sujette à l’impôt sur le revenu, selon les modalités des prélèvements sociaux et pensions de retraite, si l’épargnant bénéficiait déjà d’une réduction d’impôt sur versements volontaires. À défaut d’avantage fiscal sur les versements volontaires, la rente inhérente aux versements est soumise aux modalités applicables aux rentes viagères. Le reste est soumis à l’IR.

PER assurance retraite

Le PEL, une épargne importante

Le Plan Épargne Logement (PEL) est un produit d’épargne qui, parallèlement, est associé à une possibilité de prêt immobilier. Avec le PEL, il est possible d’épargner entre 4 et 15 ans et de s’offrir la possibilité d’emprunter à taux préférentiel pour acquérir sa résidence principale. Le prêt est alors renforcé d’une prime d’État, si le PEL a été souscrit avant 2018.

À l’ouverture du PEL, il faudra faire un versement minimum de 225 euros. L’épargnant doit ensuite alimenter le compte de versements périodiques d’au moins 540 euros par an. Pour actionner un crédit dans le cadre du PEL, l’épargnant ne pourra prêter que 92000 euros. Le taux de rentabilité du PER est de 1 % et 2,20 % respectivement pour les contrats signés avant et à compter du 1er août 2016.