Droit immobilier : les recours en cas de vice cachĂ©

Le 26 juin 2023 - 3 minutes de lecture

Dans le cadre d’une transaction immobilière, un acquéreur peut découvrir après l’achat d’un bien qu’il a été trompé sur l’état de ce dernier. En effet, beaucoup de personnes constatent malheureusement des vices cachés sur le bien immobilier qu’elles ont acheté après la signature du contrat. Dans ces conditions, il est recommandé de faire un recours pour obtenir la réparation du préjudice subi. Voici l’essentiel à savoir sur les recours en cas de vice caché en droit immobilier.

Ce qu'il faut retenir :

🔍 Implications juridiques Comprendre les bases du droit immobilier et les conséquences des contrats.
💼 Vices cachés Découvrir des défauts non visibles lors de l'achat et impactant le bien.
⚖️ Recours juridiques Engager des procédures pour obtenir réparation en cas de vice caché.

Comprendre les implications juridiques liées aux contrats immobiliers

Un contrat de vente de bien immobilier se base sur certains principes juridiques que toutes les parties engagées doivent connaître. A priori, l’acquéreur et le vendeur peuvent se référer à un spécialiste du droit immobilier pour se renseigner davantage sur les implications de leur contrat immobilier. Lorsque le contrat de vente a été formé sur la base d’un consentement vicié, il peut être frappé de nullité.

En pratique, le consentement de toutes les parties doit être obtenu de manière libre et claire. Si l’acquéreur se rend compte qu’il y a des éléments qui lui portent préjudice dans le logement, il peut estimer que son consentement n’a pas été obtenu de façon libre. Dans ces conditions, ce dernier peut saisir les juridictions compétentes en la matière. Selon l’article 1130 du Code civil, il y a trois situations dans lesquelles un acquéreur peut considérer que son consentement a été vicié. Il s’agit notamment de la violence, l’erreur et le dol. Dans le secteur de l’immobilier, le dol et l’erreur sont les deux cas que l’on rencontre fréquemment.

Par ailleurs, le vendeur doit certaines garanties à l’acquéreur, dont la garantie de conformité au contrat et la garantie des vices cachés. Si ces conditions ne sont pas réunies, le tribunal risque de prononcer l’annulation du contrat de vente ou d’exiger la réparation des dommages.

Droit immobilier recours vices cachés

Qu’est-ce qui constitue un vice caché dans un bien immobilier ?

En droit immobilier, un vice caché, c’est tout élément qui n’était pas visible au sein du bien au moment des visites et qui porte préjudice à l’acquéreur. Voici quelques éventuels vices cachés d’un bien immobilier :

  • charpente en mauvais Ă©tat,
  • chauffage en panne,
  • dĂ©faut d’étanchĂ©itĂ©,
  • fondations dĂ©fectueuses, etc.

Pour reconnaître qu’un vice est effectivement caché, il faut premièrement que ce dernier existe au moment de l’achat du bien. Ensuite, il ne doit pas être apparent. Et surtout, il doit avoir un impact négatif sur le potentiel et la valeur du bien.

Comment être indemnisé pour les dommages causés par le vice caché ?

La législation française a prévu un dispositif qui permet à tout acquéreur d’être indemnisé en cas de vice caché avéré. Cependant, il doit impérativement respecter certaines conditions pour avoir gain de cause. La première condition consiste à apporter une preuve irréfutable du vice de procédure. À partir de ce moment, l’acquéreur dispose d’une période de deux ans pour enclencher une procédure auprès du tribunal.

Si le juge lui donne raison, il y a possibilité de dédommagement. Le contrat de vente du bien peut être annulé et l’investissement global de l’acquéreur sera remboursé. Le remboursement de l’investissement tient compte de tous les frais dépensés par l’acquéreur pour l’achat du bien. La deuxième possibilité de réparation des préjudices consiste à procéder à la renégociation du prix du bien immobilier.